Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

16 septembre 2010 4 16 /09 /septembre /2010 17:19

MANGE TA SOUPE ! à Carentan
ou le triomphe de la gastronomie sociale.

par Périco Légasse

S’asseoir autour de la table et partager le pain et le vin. C’est sur ce rituel alimentaire que les religions du Livre fondent l’acte sacré du mystère de la vie éternelle. Nous n’en demandons pas tant. Notre eucharistie à nous, Normands du Cotentin, nous la consacrons avec de la soupe. Une marmite, une louche, une assiette, et voici la grand messe populaire célébrée à Carentan, sans dieu ni maître, mais avec la ferme intention de communier autour de cet emblème de la faim assouvie qu’est la soupe. On la disait populaire, elle sentait la misère.

Longtemps, dans les villes et les campagnes de France, lorsque les gueux et les manants n’avaient rien à se mettre sous la dent, la soupe était l’espoir du lendemain, la récompense du travail accompli, le symbole de la vie, voire une finalité de destin. C’était naguère. Notre société de consommation, notre univers de nantis, notre monde occidental rassasié ont oublié que le bol de soupe fut des siècles durant ce dont se contentait la France d’en bas pour survivre. Réjouissons nous de pouvoir y goûter à notre guise et dans la liesse. C’est donc avec enthousiasme qu’il convient de participer à cette grande manifestation citoyenne qu’est Mange ta soupe à Carentan. Parce que la soupe, c’est le plat des paysans, le plat des campagnes, le plat des terroirs. La soupe est un forum culinaire où peuvent se retrouver tous les produits simples de la terre et de la mer. Elle est l’hommage que nous rendons à la paysannerie qui se bat pour durer.

Le Cotentin est par excellence un pays de terre et de mer, un pays où la soupe fut la nourriture principale de la famille, aussi a-t-il gardé de quoi garnir la soupière, de quoi donner à la soupe sa dimension gourmande et pourquoi pas, gastronomique. La soupe, c’est le vecteur par lequel on peut expliquer aux pauvres, aux gens simples, qu’ils ont aussi le droit aux plaisirs de la table sans avoir à se ruiner. La soupe, c’est la démarche démocratisée du retour au fourneau, l’occasion de refaire la cuisine pour soi, pour l’autre, pour ceux que l’on aime. La soupe, c’est le moyen de revivre et de ressentir les saisons, car le printemps a ses soupes, l’été a ses soupes, l’automne a ses soupes, l’hiver a ses soupes, sans doute les meilleures car elles bénéficient de la cheminée. La soupe doit avoir la gueule de l’endroit et du moment.

Dans le Cotentin, des femmes et des hommes se donnent encore du mal pour perpétuer certains types de cultures afin de pouvoir en partager les bienfaits et de transmettre ce patrimoine aux générations futures. Eleveurs, maraîchers, pêcheurs, leur précieux savoirs  participent du répertoire alimentaire de cette partie de la Normandie.
Notre potager est un trésor qu’il convient de bichonner avec amour.
Riches de ces produits, les amis de Mange ta soupe n’ont plus qu’à laisser vibrer leur imagination aux vents des saveurs, en composant, associant, combinant, selon leur humeur, leur inspiration, leurs désirs  et leurs émotions, mais aussi leurs souvenirs, l’infinie diversité de soupes que nos terroirs permettent de préparer.

Avec Mange ta soupe, l’insigne plat est un facteur de rassemblement, de réunion, de rapprochement entre les hommes. La soupe solitaire est rare, celle que l’on mange en cachette aussi. La soupe c’est l’aliment du partage et de la rencontre, le message du bien être réparti entre tous pour engloutir du plaisir en levant sa cuillère à la santé des autres. Tous autour de la soupière pour que nos esprits retrouvent la lumière des cœurs lorsque le chef de table remplit les assiettes à la ronde.
Mange ta soupe et parle, mange ta soupe et rigole, mange ta soupe et chante, mange ta soupe et danse, mange ta soupe et aime ton voisin... ou ta voisine. Mange ta soupe, citoyen, à Carentan, elle nous sert à festoyer au triomphe de la gastronomie sociale.

 

Périco avril 2004

Partager cet article

Repost 0

commentaires